LANGUES ET DISCRIMINATIONS (N.7)

carré

Lutter contre les discriminations », c’est déjà savoir qu’il y a discrimination : savoir identifier le processus qui discrimine, et en connaitre les raisons. Les « discriminations linguistiques » sont diablement difficiles à reconnaître ! Certes, on sait tous que l’on se moque (gentiment) de tel ou tel accent ; que telle ou telle langue est réputée importante – ou pas. Ce qui est dit dans cette langue, ce qui est dit avec cet accent, perd alors de son importance. Et la personne qui parle dans cette langue, qui parle avec cet accent, perd lui aussi de son importance. Mais pourquoi ? La raison linguistique est généralement (toujours ?) invisibilisée : car seul celui qui a le pouvoir de la langue a le pouvoir de rendre visible la réalité. La langue, ce n’est pas que de la communication. Et certes il y a déjà là une belle discrimination entre la langue qui peut parler (au théâtre, dans les médias, à l’école, en politique, etc.) et celle qui n’a pas voix au chapitre. Mais la langue, c’est l’être même : notre mise en discours (collective et individuelle) d’une réalité universelle, la langue c’est nous. Elle nous distingue, et nous fait appartenir à une communauté. C’est ce qui nous sépare « des autres », et ce qui nous lie « à eux ». La langue nous dit que nous sommes d’autant de communautés que d’actes de parole. La langue c’est la discrimination par excellence, pour le meilleur … et pour le pire.

SOMMAIRE

Introduction (Pierre Escudé)

DOSSIER : langues et discriminations

Entre droits linguistiques et glottophobie, Analyse d’une discrimination instituée dans la société française (Philippe Blanchet)

Le principe juridique de non-discrimination appliqué au domaine linguistique De l’interdiction de discrimination à la nécessité de différenciations (Jean-Marie Woehrling)

Ce que disent « les langues vivantes régionales » de France (Pierre Escudé).

Lorsque les idéologies et les pratiques langagières ne concordent pas : le cas de l’accentisme au Canada français (Nathalie Freynet et Richard Clément).

D’une forme de caution théorique aux discriminations linguistiques. Le cas de la langue romani (Jean-Pierre Cavaillé).

Représentations identitaires et inclusion scolaire : l’opposition école/plurilinguisme (Claudine Nicolas et Sofia Stratilaki-Klein).

 

ENTRETIEN

De la discrimination dans le système éducatif français (Entretien avec Maryse Adam-Maillet).

 

VARIA.

L’accueil d’un groupe de réfugiés en provenance de « la Jungle de Calais » en milieu rural : exemple d’un double amalgame (Christophe Dargère).

 

RECENSIONS.

Thierry Bulot (dir.) (2013), « Normes et discrimination(s). Frontières, espaces et langues », Cahiers Internationaux de Sociolinguistique, n° 4 (Par J. Boutet).

Tullio De Mauro (2018), L’Educazione linguistica democratica. A cura di Silvana Loiero e Maria Antonietta Marchese, Laterza (Par P. Escudé).

Philippe Blanchet (2016), Discriminations : combattre la glossophobie, éditions Textuel (Par P. Escudé).

Réjane Sénac (2017), Les non-frères au pays de l’égalité, Presses de Sciences Po (Par J. Dagorn).

Conseil de l’Europe, La littérature didactique de la Division des Politiques Linguistiques du Conseil de l’Europe (Par P. Escudé).

 

POUR COMMANDER LE NUMERO : C’est ICI

 

Pour lire l’introduction du numéro : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01832213

Retrouverez une recension du numéro dans le n° de septembre de la revue « Sciences Humaines »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *